Préambule

Culte : ou service religieux.

Rendre culte selon JND c’est s’approcher de Dieu avec des prières, ou en offrant, en quelque manière que ce soit, un service religieux Note f Hébreux 9 v 10

Dans l’Ancienne Alliance il s’agissait d’offrir des sacrifices de diverses sortes prescrits par ailleurs par Dieu lui-même mais décrits dans la « Loi de Moïse ».

C’est ainsi que l’on peu distinguer 4 types de « culte » dans le Nouveau Testament ou NOUVELLE  ALLIANCE

  1. Le sacrifice de soi- « vos corps en sacrifice vivant »  Rom 12 v 1  Je vous exhorte donc, frères, par les
    compassions de Dieu, à présenter vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui est votre service (ou culte) intelligent.
  2. L’Evangélisation Rom 15 v 16 …ministre du Christ Jésus envers les nations, exerçant la sacrificature dans l’évangile de Dieu, afin que l’offrande des nations soit agréable, étant sanctifiée par l’Esprit Saint.
  3. Le Sacrifice des biens Héb. 13 v 16 Mais n’oubliez pas la bienfaisance, et de faire part de vos biens, car Dieu prend plaisir à de tels sacrifices.
  4. Le Culte d’adoration    1 Pierre2 v 5 Héb. 16 v 15 Offrons-donc, par lui, sans cesse à Dieu un sacrifice de louanges, c’est-à-dire le fruit des lèvres qui confessent son nom.

C’est de ce 4ème culte dont il sera question dans le développement ci-après :

Le Culte d’Adoration

  1. La signification du culte
  2. L’importance du culte
  3. L’autorité pour rendre culte
  4. L’objet du culte
  5. Le sujet du culte
  6. La puissance pour rendre culte
  7. La manière dont on rend culte
  8. La place du culte
  9. Ceux qui rendent culte
  10. Les choses qui empêchent de rendre culte
  11. Les résultats du culte rendu.

En préambule rappelons que l’expression « rendre culte » signifie :

servir : c’est s’approcher de Dieu avec des prières ou en offrant, en quelque manière que ce
soit, un service religieux : cf : note « f » hébreux ch.9 v 14 traduction J.N. Darby.

Le Nouveau Testament mentionne quatre types de « service religieux » :

  1. Rom 12 v. 1er : Je vous exhorte donc frères, par les compassions de Dieu, à présenter vos corps en
    sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, {ce qui est} votre service ( ou culte) intelligent.
  2. Rom 15 v 16 : …pour que je sois ministre du Christ Jésus envers les nations, exerçant la sacrificature  dans l’évangile de Dieu afin que l’offrande des nations soit agréable, étant sanctifiée par l’Esprit Saint.
  3. Héb. 13 v.16 :  Mais n’oubliez pas la bienfaisance, et de faire part de vos biens car  Dieu prend plaisir à de tels sacrifices.
  4. Héb. 13 v.15. Offrons donc, par lui (Jésus), sans cesse à Dieu  un sacrifice de louanges, c’est-à-dire le fruit des lèvres qui « bénissent » son nom.

1) La signification

Signifier = avoir un sens.

Que signifie (ou devrait signifier)  pour le croyant «  rendre culte » ?

L’apôtre Pierre dans sa 1ère épître au chap. 2 v 5 nous éclaire à cet égard :

« vous-mêmes aussi, comme des pierres vivantes, êtes édifiés une maison spirituelle, une sainte sacrificature, pour offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu par Jésus-Christ.

Une brève analyse de ce texte nous indique déjà et grâce au contexte, qu’à l’instar du Seigneur Jésus-Christ, pierre
angulaire de l’édifice créé selon Dieu, nous  mêmes étant édifié sur cette « maison créée par Dieu » et reposant sur l’enseignement des apôtres un culte vrai sera rendu à Dieu.

Il le sera par ceux qui s’identifient à ce « temple divin » une sorte de « tabernacle de la  Nouvelle Alliance » où Dieu attend, non plus selon « les prescriptions Lévitiques »  mais en s’inspirant de ce que ces différents sacrifices nous indiquent et nous révèlent de la personne de Christ.

Le fait qu’il s’agisse « d’une sainte sacrificature » réclame de la part des participants la sainteté requise c'est-à-dire en bref, d’une part d’être revêtus des saints vêtements, couvrant l’infirmité de la nature humaine (se souvenant d’avoir revêtu Christ)  et en se présentant devant le Dieu  trois fois saint, avec  la conviction de la purification opérée par l’onction de la « Parole qui lave » c'est-à-dire la pratique d’une vie conforme à ce que la Bible enseigne et d’autre part l’appartenance non plus à l’ »ordre d’Aaron » mais bien plus le sentiment que l’Esprit -Saint habite en nous (ev. Jean 14 v 17) est le « conducteur » de ceux et celles qui offrent ces sacrifices selon la volonté de Dieu.

Dès lors ces « offrandes » sont offertes dans une joie  partagée avec Celui qui reçoit l’adoration car 
« agréables à Dieu» d’autant que présentées par et au nom de Jésus-Christ.

2) L’importance du culte

Important = qui compte beaucoup

Il s’agit toujours bien du « culte d’adoration » et dès lors en vertu de Celui auquel il est dû, nul doute
qu’il soit primordial.

Rappelons :

Eph. 4, 5-6 … Il y a un seul Seigneur…un seul
Dieu et Père de tous qui est au dessus de tou
t…  ibid :v10 : Celui qui est descendu est le même que celui qui est monté au-dessus de tous les cieux …

Ev Jean ch. 3 v31 : Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous (ou de « tout ») …Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous ; (ou de « tout ») cf note e.

Bien que la chrétienté consacre généralement le premier jour de la semaine au culte de l’adoration , le rappel du passage de Heb 13 v 15 indique que c’est « sans cesse » que le cœur du croyant devrait être disposé à l’adoration : ce qui implique une véritable « union », « communion », « intimité constante » avec ce Dieu d’amour.

Serait-ce seulement … »Quand donc vous vous  réunissez ensemble, «  1 Cor. 11 v 20, qu’il s’agit réaliser cette vocation particulière que le croyant doit réaliser cette fonction essentielle ? Sans aucun doute , le Seigneur accorde une bénédiction particulière à son Eglise lorsqu’il rassemble les siens « en un même lieu » comme l’indique la note de ce passage de 1 Cor 12 ; par ailleurs se souvenant de «  Celui qui nous aimes, et qui nous a lavés de nos péchés dans son sang…à lui la gloire et la force aux siècles des siècles ! et dès lors,… dès maintenant et à toujours !

3) L’autorité pour rendre le culte

Autorité = personne qui a le pouvoir.

L’autorité est la capacité de dire ou de faire une chose, un acte et de le réaliser concrètement. En fait il s’agit de
prendre une décision et de l’appliquer ou la faire appliquer.

Deux exemples pour illustrer ce propos :

…dans le temple les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple vinrent à lui comme il enseignait disant : « Par
quelle autorité fais-tu ces choses ou qui t’a donné cette autorité ? » Matt 21,23 et Marc 11,28.

La suite des passages explicite ces déclarations.

Ne sais-tu pas (dit Pilate) que j’ai le pouvoir de te relâcher et que j’ai le pouvoir de te crucifier ? Jésus répondit : Tu n’aurais aucun pouvoir contre moi s’il ne t’était donné d’en haut ; Jean 19,10-11

Ces exemples montrent que l’autorité (ou le pouvoir) vient de Dieu.

Notre capacité vient de Dieu dit 2 Cor 3,5-6 et dans ce passage il s’agit de nos pensées ou d’être rendus propres pour être des ministres de la nouvelle alliance !

En conséquence, tous ceux en qui se trouve cette capacité, et grâce à la présence de l’Esprit de Dieu, les croyants : rendent grâces au Père  qui nous a rendus « dignes » de participer au lot des saints dans la lumière, qui nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés  Col 1,12-14

La réception de l’Esprit Saint, après avoir cru, constitue l’autorité suprême, nécessaire et suffisante pour exercer
non plus la sacrificature selon l’ordre d’Aaron, mais sous la conduite de Celui qui est « les arrhes de notre
héritage » (Eph. 1, 14)
offrant ainsi des sacrifices spirituels agréables à Dieu par Jésus-Christ.  1Pi.2,5 ;

4) L’objet du culte

Cela ne fait aucun doute que notre bien-aimé Sauveur et Seigneur Jésus Christ est le centre de nos pensées, de notre rassemblement, de notre adoration !

Dans le livre de la Genèse déjà, des objets d’or et d’argent sont offerts à Rebecca par le serviteur d’Abraham de la part de son fils Isaac ; les Israélites demanderont des objets d’or et d’argent aux Egyptiens avant leur exode et l’on sait à quel usage ils serviront, notamment à l’élaboration des objets de culte dans le tabernacle.

L’on sait que l’or est figure du « divin » dans toute l’écriture et que l’argent une valeur intrinsèque et notamment aussi celle du « rachat ». Ces éléments sont naturellement en relation avec celui qui plus tard opérera l’œuvre du « rachat » et sera « l’objet de l’adoration de tous les peuples » : celui devant lequel se ploiera tout genou ( cf. Phil 2 ).

Par ailleurs, les mages venus de l’orient, cités en Matthieu apporteront des dons en or ; outre de l’encens et de la myrrhe, en offrande à celui auquel ils étaient venus « rendre hommage ».

Le prophète Aggée ( ch. 2 v.7) parle de » l’objet du désir de toutes les nations » qui n’est autre que le « Seigneur ».

5) Le sujet du culte

Sujet =  thème, motif.

Les sujets sont donnés par l’extraordinaire profusion de sacrifices décrits dans le livre du « Lévitique » et celui des « Nombres » avec leurs différents cérémoniels.

Il est utile de préciser les 5 principaux types de sacrifices lévitiques :

  1. OLA : holocauste : volontaire
  2. MINHA : fleur de farine : volontaire
  3. HATAT : expiation : obligatoire
  4. ZEVAH- HASHELAMIM : action de grâce : volontaire.
  5. ACHAM : culpabilité : obligatoire.

Le 4è est un sacrifice d’animal (donc sanglant). C’est celui qui sera stoppé :

Daniel ch. 9 v 27 »… et au milieu de la semaine il (le prince du peuple qui viendra)   fera cesser le sacrifice et l’offrande « .

A titre d’exemples, voici quelques citations du livre de l’Exode et de 2 Chron.:

Exode ch.25 v.2, ch. 35 v. 5, v.21, v. 22, v. 29 et 2 Chron. 29 v. 31 :

Vous prendrez mon offrande élevée de tout homme qui aura un esprit libéral…

v8: Et ils feront pour moi un sanctuaire, et j’habiterai au milieu d’eux.

Autre traduction : Qu’ils m’apportent une offrande ; vous la recevrez pour moi de tout homme qui la fera de bon cœur. Voici ce que vous recevrez d’eux en offrande….

D’une part, l’Eternel recherche d’abord une disposition de cœur, et d’autre part en raison de la présence de l’Eternel qui habitera au milieu d’eux (comme actuellement l’Esprit Saint habite dans le croyant) la sainteté du « temple de l’Eternel » est d’autant requise que Dieu ne peut tolérer quelque souillure que ce soit.

Par conséquent celui qui sera  purifié, sanctifié, offrira donc à l’Eternel un sacrifice d’actions de grâce.   1 Cor. 4 v 4

Purifions-nous, nous-mêmes, de toute souillure de chair et d’esprit ! 2Cor.7,1.

6) La puissance pour rendre culte.

Puissance = force, autorité.

Esaïe 13 v 3 définit : …mes hommes forts, ceux qui se réjouissent en ma grandeur.

Et Luc en Actes 1,8 déclare : « vous recevrez de la puissance, le Saint Esprit venant sur vous » et Jésus
dit en Jean 14,18 : qu’Il (l’Esprit Saint) sera en vous.

En Jean 16, le Seigneur déclare : » l’Esprit Saint me glorifiera car il prendra de ce qui est à moi et vous l’annoncera » la source de la force, de l’autorité par laquelle l’adoration est apportée, provient donc du sein même de la divinité, ce qui suggère l’union de l’humain avec le divin, ne formant en quelque sorte qu’UN, pour se réjouir ensemble. Pensée
merveilleuse que le plaisir du grand Dieu des cieux et de la terre se réalise « aussi » dans cette activité de ceux qu’Il appelle « les siens » et avec eux le Seigneur dit en Héb. 2,12, Ps. 22,22 « au milieu de l’assemblée je chanterai tes louanges ».

Quelle merveilleuse symbiose !.... afin que l’excellence de la puissance soit de Dieu et non pas de nous …2 Cor 4,7.

7) La manière dont on rend culte

Manière = façon.

Pour les uns, se laissez guider essentiellement par l’Esprit Saint pour le choix du sujet autant que pour le
déroulement du « service » de l’adoration semble être le critère absolu.

Pour d’autres, l’intervention d’un « ancien » pour « présider » un culte est nécessaire pour son bon déroulement.

Pour d’autres encore, ce n’est pas seulement au cours de la « journée dominicale » que le Seigneur devrait attendre et recevoir l’adoration des siens !

La forme a-t-elle autant ou plus d’importance que le fond ?

Dans certains milieux évangéliques récents, les moments de louange débutent par de la « chorégraphie » ou
des expressions théâtrales de manière à introduire le message évangélique à un public non habitué.

David lorsqu’il fait monter l’arche de l’alliance à Jérusalem, fait accompagner cet événement d’une grande
démonstration de joie.

Nous lisons en 2 Sam 6 ce qui suit :

12 Et David alla, et fit monter l’arche de Dieu de la maison d’Obed-Edom dans la ville de David, avec joie.

13  Et il arriva que quand ceux qui portaient l’arche de l’Eternel avaient fait six pas, il sacrifiait un taureau et une bête grasse.

14  Et David dansait de toute sa force devant l’Eternel; et David était ceint d’un éphod de lin.

15  Et David et toute la maison d’Israël faisaient monter l’arche de l’Eternel avec des cris de joie et au son des trompettes.

16  Et comme l’arche de l’Eternel entrait dans la ville de David, Mical, fille de Saül, regarda par la fenêtre, et elle vit le roi David sautant et dansant devant l’Eternel, et elle le méprisa dans son coeur.

sa réponse à Mical qui a critiqué sévèrement sa façon de faire fût cinglante :

» ça été devant l’Eternel, qui m’a choisi…pour m’établir prince sur le peuple de l’Eternel sur Israël ; et
j’ai dansé devant l’Eternel ; et je me rendrai plus vil encore… 2 Sam 6,21.

La réponse aux questions : où ? quand ? et comment ? doit se dérouler un culte d’adoration ne peut
recevoir une seule et unique proposition ; l’absence de jugement nous semble être la réaction la plus adéquate.

Sans aucun doute, un « collectif «  contient en lui-même une onction particulière mais serait-ce en un seul endroit, à un seul jour prédéterminé, d’une seule façon, proposée même par » les plusieurs « qui serait seulement valable ?

La Parole de notre Dieu dit :

Rom. 14,5….que chacun soit pleinement persuadé dans son propre esprit.

1 Cor. 10,31 …quoi que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu.

1 Cor 12,6 … il y a diversités d’opérations, mais le même Dieu qui opère tout et en tous

8) La place du culte

Place = rang.

1 Chron. 17.16. Et le roi David entra et s’assit devant l’Eternel et dit : Qui suis-je, Eternel Dieu…et tu m’as
regardé selon le rang d’un homme haut élevé, ô Eternel Dieu.

Actes 17.4 …des femmes de premier rang en assez grand nombre.

1 Cor.15.23 …chacun dans son propre rang : les prémices Christ.

Ces passages indiquent sans conteste qu’il s’agit dans tous les cas, d’un premier rang. Et si bien d’autres choses sont dues à Dieu : l’obéissance, la fidélité, etc … nul doute que le culte d’adoration ait une position privilégiée et de premier plan au titre de ce qui Lui revient. De même notre Dieu en réclame la première dans notre cœur et de surcroît Il en exige toute la place  et Il nous invite à garder notre cœur « ce siège de nos affections » plus que tout ce que l’on garde car de lui sont les issues (les résultats) de la vie. Prov. 4v23.

On est étonné que tout se tienne dans la Parole de Dieu bien qu’apparemment il n’y ait pas de lien direct entre les unes et les autres choses.

Devrait-il y avoir une « hiérarchie » dans notre relation ou nos relations avec Dieu ? En tous cas, il n’en sera plus question lorsque Dieu sera tout et en tous 1 Cor 15,28. Entretemps, il veut nous faire déjà réaliser que…. Christ est tout et en tous. Col 3.11.

9) Ceux qui rendent culte

Ceux = les personnes, les êtres.

...Il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité…Les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car aussi le Père en cherche de tels…Jean 4,24-23

…et l’armée des cieux t’adore  Néh.9.6

Je célébrerai l’Eternel de tout mon cœur Ps 9.1 Ps 111.1

Je le célébrerai dans mon cantique Ps. 28. 7

Je le célébrerai… dans la congrégation Ps. 35,18

… que tous les anges de Dieu lui rendent hommage  Héb. 1,6  Ps 97,7.

Louer, adorer, se prosterner, rendre hommage, célébrer, chanter des cantiques en l’honneur de son Nom, bénir l’Eternel, venir avec des actions de grâces, raconter sa gloire, apporter une offrande, adorer l’Eternel en sainte
magnificence (expressions que l’on retrouve dans de nombreux psaumes) : autant d’attitudes et de moyens que pratiquent ceux qui rendent culte au grand Dieu des cieux et de la terre.

On ne trouve pas dans l’Ecriture que les anges adorent Dieu mais qu’ils lui rendent hommage ( Héb.1,6), qu’ils Le
servent ( Héb.1,14) qu’ils bénissent( Ps 103,20), qu’ils le louent ( Ps 148,2).

Des imitateurs utilisent également la plupart de comportements cités ci-dessus ; mais le Seigneur connaît ceux qui sont siens, et qu’il se retire de l’iniquité, quiconque prononce le nom du Seigneur .2 Tim.2 19 .

Sans les caractères moraux requis, il est impossible de plaire à Dieu Héb 11v6 c'est-à-dire sans la foi, c'est-à-dire sans avoir été éclairés Héb 6 v 4 c’est-à-dire si l’on ne possède pas le salut de Dieu :

si tu confesses de ta bouche Jésus comme Seigneur et que tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts tu seras sauvé. Rom 10v9.

10 Les choses qui empêchent de rendre culte.

Empêcher = rendre impossible.

Il y a de vrais adorateurs ; ce sont ceux qui font la volonté de mon Père dit Jésus en Matt.7,21.

Il est tout aussi vrai qu’il y a de « faux frères », de » faux apôtres » de » faux prophètes » ; « ce
ne sont pas tous ceux qui me disent Seigneur, Seigneur
» dit Jésus dans le même paragraphe ; ceux-là diront : n’avons-nous pas prophétisés en ton nom, n’avons-nous pas chassé des démons en ton, nom, n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom, Luc 13, 26 ajoute : Nous avons mangé et bu en ta présence (allusion directe au repas du Seigneur : la cène ) et tu as enseigné en nos rues ! et le Seigneur dira retirez-vous de moi
vous tous ouvriers d’iniquité, je ne vous connais pas Matt 7.23 »Je ne vous ai jamais connus ; retirez-vous de moi, vous qui pratiquez l’iniquité.

Dès lors même ceux qui pratiquent l’iniquité peuvent « imiter » les vrais adorateurs et c’est bien solennel !

L’exemple de 1 Cor 5 indique bien que lorsqu’une iniquité n’est pas révélée, il se peut qu’une église même pour un temps, rende culte à Dieu. L’onction de l’Esprit Saint n’est pas toujours aussi rigoureuse qu’en Actes 5 amenant une sanction immédiate ( pour Ananias et Saphira ).

L’enseignement de 1 Cor 11 v.26 à 29 n’est pas toujours compris ni réalisé par tous. La conséquence  de ce manque de discernement provoque la réaction décrite dans la suite du paragraphe. v 30 : C’est pour cela que plusieurs sont faibles et malades parmi vous et qu’un assez grand nombre dorment.

Le remède est indiqué : v 31 Mais si nous nous jugions nous-mêmes nous ne serions pas jugés.

S’il n’est pas appliqué alors le Seigneur interviendra tôt ou tard : v32  mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde.

Une autre fonction confiée par le Seigneur à son Eglise est d’écarter (pour un temps), l’homme sectaire (selon l’enseignement et les modalités de Tite 3,10 et de 2 Tim.3.14 ).La mise à l’écart décrétée ( mais toujours douloureuse) est l’ultime façon de faire comprendre l’erreur d’une attitude sectaire . Cette condition également empêche de rendre culte à Dieu comme il convient.

Sans doute, y a-t-il toujours une ressource même pour une faute lourde selon ce qui est décrit en 1 Cor. 5 v 1 à 5 et la restauration proposée en 2 Cor 2 v 2 à11.

Enfin un manque de vigilance à l’égard des avertissements du Seigneur, des fautes cachées, non confessées, non pardonnées sont la cause d’une langueur, d’un manque de jouissance du bonheur que le Seigneur réserve à ceux qui rendent culte par l’Esprit de Dieu. Phil. 3 v 3.

Souvenons-nous de David qui demande à Dieu : » efface toutes mes iniquités. Crée-moi un cœur pur, ô Dieu…et ne m’ôte pas l’esprit de ta sainteté » Ps 51 v 9 à 11.

Car il est écrit «  tu ne seras que joyeux » Deut 16,15.

11) Les résultats

Résultats = conséquences.

Alors un culte de louanges est rendu à Dieu et …qu’à notre Dieu soit toute la GLOIRE

Les sujets de reconnaissance ne manquent pas dans divers cantiques qui rappellent la personne adorable de Jésus et Son œuvre parfaitement accomplie. L’adorateur du plus jeune au plus âgé conduit par l’Esprit Saint  réjoui le cœur de Dieu par une phrase, une prière sincère, exprimées avec la liberté d’un fils devant son Père et le saint remblement d’un mortel devant Dieu.

Gloire à Dieu dans les lieux très-hauts  Luc 2,14 Luc 19,38 !

A lui soit la gloire éternellement  Rom. 11,36

… à lui gloire dans l’assemblée  Eph. 3,21

… à notre Dieu et Père soit la gloire Phil. 4.20

A lui la gloire, aux siècles des siècles 2 Tim 4.18

A Celui qui nous aime et qui nous a lavés de nos péchés dans son sang….

à Lui la gloire et la force aux siècles des siècles ! Amen. Apoc 1 v 5,6.

En résumé

Lorsqu’on réalise l’amour du Seigneur quel devrait en être le résultat?

Vivre un culte christocentrique : Jésus-Christ est le centre de la louange.

La « tradition » n’a pas de place ; les vaines redites non plus.

Il y a incontestablement des conséquences bénies pour les rachetés du Seigneur mais elles viennent en second plan. Ils expriment alors un amour sincère dans leurs louanges et leurs prières imprégnées  à la fois, de :

la sobriété de l’Evangile : « J’ai fort désiré de manger cette pâque avec vous » et du souvenir des douleurs passées, « Mon Dieu mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné » Ps. 22 : « Je suis enfoncé dans une boue profonde où il n’y a pas où prendre pied » Ps 69 ; et encore : « Voyez s’il y a une douleur comme ma douleur » ! Lam. de Jér.

A l’instar de Joseph, mis à part de ses frères, accusés de forfaits qu’il n’avait pas commis mis en prison :  Notre Seigneur Jésus-Christ est mort au calvaire à cause de nos forfaits, de nos iniquités Il fût « mis au tombeau 3 jours et 3 nuits », ressuscite enfin  pour s’assoir désormais  à la droite de la Majesté dans les lieux célestes, et reçoit un Nom  au-dessus de tout nom.

La multitude des rachetés contemple l’Agneau qui a été immolé et Lui rendent une adoration en Esprit avec une
intelligence renouvelée disant « Tu es digne de recevoir honneur, gloire et magnificence «

La révélation du Messie à la samaritaine produit en elle le désir de dire aux hommes de la ville « Venez, voyez un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait : celui-ci n’est-il point le Christ ? Un merveilleux témoignage, quelle belle adoration la rencontre du Sauveur suscite dans son cœur.

Que notre cœur touché par Sa grâce exprime une reconnaissance sincère avec  la multitude de ceux qui invoquent le
Seigneur d’un cœur pur.